équipe 3

Version AnglaiseDysfonction du muscle squelettique dans les maladies acquises et héréditaires

 

 

Notre équipe développe une approche translationnelle afin de mieux comprendre l’implication du muscle squelettique dans la physiopathologie des maladies chroniques acquises (diabète de type 2, bronchopneumopathie chronique obstructive, insuffisance rénale chronique) et héréditaires (dystrophie facioscapulohumérale). Notre équipe possède une expertise en recherche clinique et fondamentale dans les domaines de l’inflammation, du stress oxydant, et de la régénération musculaire, et dans ce cadre, nous avons développé des modèles d’études originaux tels que les biopsies tissulaires humaines et les cultures primaires de cellules souches musculaires et adipeuses.

 

Mercier Jacques

 

 

 

 

 

Liste des Membres de l’Équipe N°3

 

 

Thème 1 : Identification des mécanismes moléculaires de l’insulinorésistance : rôle de l’immunité innée


équipe 3 IR fig 1Ces dernières années l’incidence de l’obésité et des troubles métaboliques associés a considérablement augmenté, l’obésité est aujourd’hui considérée comme une pandémie. En France, en 2014, 33% de la population adulte est en surpoids [25 kg/m2 ≤ IMC (Indice de masse corporelle : Poids/taille2) <30 kg/m2] et 15% est obèse [IMC> 30 kg/m2 et 4 millions de personnes sont diabétiques. L’obésité est associée à plusieurs problèmes de santé: insulino-résistance (IR), diabète de type 2 (DT2), stéatose hépatique et certains cancers. Le développement de l’IR se caractérise par une diminution de la sensibilité à l’insuline des organes sensibles à l’insuline comme le tissu adipeux, le foie, les muscles squelettiques, le pancréas. Cette baisse est compensée par une sécrétion accrue d’insuline par le pancréas pour maintenir l’homéostasie du glucose. Lorsque cette compensation n’est plus assurée le DT2  se déclare. Cependant, il est important de noter que pour environ 30% des personnes obèses, la sensibilité à l’insuline est préservée. (En savoir plus)

 

Thème 2 :   La dysfonction musculaire dans la BPCO : phénotypes, mécanismes moléculaires et réponses aux approches thérapeutiques


équipe 3 BPCO fig 1La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie respiratoire qui se caractérise par des manifestations extra-pulmonaires systémiques qui contribuent au pronostique de survie du patient. La dysfonction musculaire périphérique est une conséquence systémique importante dans la BPCO car elle est impliquée dans l’intolérance à l’exercice, une qualité de vie amoindrie et un taux de survie plus faible. Le déconditionnement a été initialement proposé pour expliquer le développement de cette dysfonction musculaire dans la BPCO, mais il apparaît maintenant que d’autres facteurs potentiels sont également impliqués comme le stress oxydant, l’inflammation et la malnutrition.

Au cours des 5 dernières années, nous avons contribué à l’accroissement de la connaissance sur ce sujet en développant des études translationnelles, aussi bien par des recherches cliniques classiques, dont la réhabilitation pulmonaire, que par des recherches plus fondamentales au niveau cellulaire et moléculaire. (En savoir plus)

 

Thème 3 : Rôle du stress oxydant et de l’inflammation dans la physiopathologie de l’insuffisance rénale chronique : conséquences sur la fonctionnalité du muscle squelettique et sur l’apparition de calcifications vasculaires


équipe 3 Thème 5Le stress oxydant et l’inflammation, qui sont liés par des boucles d’amplification, constituent des éléments fondamentaux de la physiopathologie du syndrome complexe de malnutrition-inflammation (MICS), contribuant à aggraver le devenir des patients insuffisants rénaux chroniques (IRC). Les cellules musculaires, squelettiques ou vasculaires, apparaissent comme des cibles privilégiées de ce syndrome MICS. En effet, la dysfonction musculaire squelettique chez les patients urémiques conduit à une réduction de la tolérance à l’exercice et à une perte de masse maigre (LBM) selon un phénomène hautement actif.

Notre projet s’organise autour de trois objectifs :

1) développer l’utilisation du métabolisme de la créatinine comme marqueur clinique de la perte et de la dysfonction musculaire.      2) caractériser et moduler (via des changements au niveau des paramètres du stress oxydant et de l’inflammation) les variations phénotypiques du muscle squelettique liées à l’IRC et évaluer les effets d’un entrainement physique (en bénéficiant des protocoles expérimentaux déjà largement utilisés dans la thématique de la maladie pulmonaire obstructive).3) comprendre le rôle du couple stress oxydant/inflammation dans les calcification vasculaires liées à l’urémie. (En savoir plus).

 

Thème 4 :  IDENTIFICATION DES MECANISMES PHYIOPATHOLOGIQUES ET MOLECULAIRES IMPLIQUES DANS LA DYSTROPHIE FACIOSCAPULOHUEMRALE (FSHD)


FSH, l'autre myopathieLa dystrophie musculaire facioscapulohumérale, dystrophie de l’adulte la plus répandue en Europe, est une pathologie dominante autosomique qui se caractérise par une faiblesse progressive et une atrophie de certains muscles striés squelettiques.

Malgré des avancées majeures dans la compréhension du locus morbide, les mécanismes qui conduisent aux altérations observées dans cette pathologie ne sont pas complètement connus à ce jour. Aucun traitement curatif n’est disponible à l’heure actuelle. Cependant de nombreuses études sont en faveur d’un rôle prépondérant du stress oxydant dans cette pathologie. Nos propres données sont également en faveur de l’implication forte d’un stress oxydant et de la pertinence d’une stratégie thérapeutique ciblée basée sur l’utilisation d’antioxydants. En effet dans une étude récente nous avons montré que la prise de vitamines et d’oligoéléments améliorent la fonction musculaire des patients atteints de FSHD. Notre philosophie générale est de créer une synergie entre recherche fondamentale et clinique permettant d’étudier les effets d’une supplémentation en antioxydants et/ou une réhabilitation de la fonction musculaire. (En savoir plus)

Thème 5 : Cellules souches et régénération du tissu musculaire


Thème IMSC Fibres musculaires squelettiques en régénérationAu cours de la régénération du muscle squelettique, les processus qui contrôlent l’immaturité cellulaire et l’engagement de la cellule souche musculaire immature dans la différenciation sont extrêmement importants. Ces changements d’états cellulaires ont aussi des répercussions sur l’efficacité des approches de thérapie cellulaire. Dans ce contexte, nos projets de recherche visent à identifier les mécanismes moléculaires et cellulaires qui gouvernent l’hétérogénéité et la survie de la cellule souche afin d’optimiser sa capacité à régénérer le tissu musculaire humain. (En savoir plus)

 

 

 


Total des publications de l’équipe N°3 (depuis 2014):  (Voir)