Équipe 1 / Thème 3

Cellules souches : outils diagnostiques et d’études Version Anglaisemécanistiques dans la physiopathologie musculaire

En France, l’infarctus du myocarde (IdM) concerne 100 000 personnes et tue 13% des personnes après 1 an et 70% après 5 ans. Or, les traitements pharmacologiques, déjà largement explorés, ne font que ralentir la progression de l’insuffisance cardiaque (IC) suite à l’IdM et ne permettent pas de remplacer les cardiomyocytes morts.

Les stratégies de réparation du myocarde constituent donc une nouvelle voie majeure de recherche. Des cellules progénitrices cardiaques (CPC) constituent une population de cellulessouches « dormantes » localisées dans le myocarde. Lors d’un IdM, ces CPC sont activées, prolifèrent et migrent vers le site de lésion. La signalisation β-adrénergique (voie majeure ciblée dans le traitement de l’IC: ß-bloqueurs) régule l’équilibre entre survie et mort des CPC en favorisant leur prolifération.

Nous examinons l’hypothèse qu’après un IdM, l’activation du récepteur β2-adrénergique favorise l’activation endogène des CPC. Nous étudions les mécanismes impliqués et évaluons la pertinence de l’utilisation d’agonistes β2-adrénergiques.

Par ailleurs, et en collaboration avec une équipe de chimistes de l’IBMM, nous avons mis en évidence les effets facilitateurs d’une petite molécule de synthèse.

 


  Collaborations :

  • David Piquemal (Acobiom, Montpellier),
  • Jean-Louis Montéro et Véronique Barragan-Montéro (IBMM, Montpellier).

Financements :

  • Bourse Marie Curie (Amanda Finan-Marchi, 2015-16).

Publications :

 Coordinateurs :

Richard Sylvain

Finan-Marchi Amanda

Participants :

Thireau Jérôme

Aimond Franck

Virsolvy Anne