Syncoïline

Syncoïline2016-04-16T08:46:28+00:00

INTRODUCTION

Cette protéine est un nouveau partenaire associé aux Dystrobrévines, elle fut découverte en utilisant la méthode du double hybride. Elle fut baptisée en 2001 comme  la Syncoïline et constitue une nouvelle protéine qui sera cataloguée comme appartenant à la super famille des protéines du filament intermédiaire.

La Syncoïline

 Séquences de la SyncoilineDans un premier temps ce furent des données de séquences réunies dans  le tableau suivant qui vont former les principales informations sur la Syncoïline et pour plus de détails un lien SwissProt est indiqué comme :  Q9H7C4

 

Portrait-robot de la SyncoïlinePuis il y aura des analyses d’homologies de séquences qui permirent de situer au sein de cette protéine la présence de 4 zones hélicoïdales He (1A, 1B, 2A, 2B) qui doivent permettre une association par contacts hélices-hélices avec d’autres partenaires en particulier avec l’alpha-Dystrobrévine. Ces zones en hélices sont séparées par des structures dites (linker = L1, L12 et L2) qui servent de lien et de séparation entre les zones hélicoïdales de la protéine. Les parties N et C-terminales de la Syncoïline sont nettement bien moins structurées et sont plus ou moins écourtées dans les diverses versions mises en évidence en 2009. Ce sont  des isoformes de la Syncoïline. Un portrait-robot de cette protéine est présenté ci-dessous et résume l’ensemble des données figurant au-dessus.

Rôle de la Syncoïline

Rapidement  dès l’année 2002, la Syncoïline fut démontrée en association avec la Desmine*, protéine spécifique du muscle qui se situe au niveau des lignes Z (structures des myofilaments qui limitent l’unité fonctionnelle du muscle: le sarcomère; voir chapitre les filaments). Un schéma récapitulatif situe la Syncoïline dans la fibre musculaire avec les principaux partenaires décrits dans les pages précédentes est présenté ci-dessous.  (*La Desmine est une protéine cytoplasmique dont les informations sont disponibles sous l’identification :P17661).

Distribution de la Syncoïline dans le muscle squelettiqueLa relation avec la Desmine et le fait que la Syncoïline se trouvait en relation avec le complexe macromoléculaire associé à la Dystrophine permet de faire un bilan sur l’importance de cette protéine et en 2008 il est illustré dans un schéma récapitulatif la distribution de la Syncoïline au sein du muscle squelettique.

Des travaux cernent la fonction de la Syncoïline en 2008. On va étudier en détail une souris déficiente génétiquement en Syncoïline et les divers aspects de ce défaut pour une  protéine du filament intermédiaire de 64 kDa. La Syncoïline apparaît  comme ayant un rôle important non pas pour l’organisation architecturale du muscle (rôle dans la bonne mise en place = cytoarchitecture) mais plutôt comme étant exigée pour générer la tension isométrique maximum dans le muscle squelettique. Ainsi si la Syncoïline procure un lien physique entre les constituants cytoplasmiques de la fibre musculaire (le réseau sous membranaire du cytosquelette = filament intermédiaire et myofilaments) et le complexe des protéines associées à la dystrophine (voir schéma), elle jouerait principalement et de manière significative un rôle dans la contraction elle-même. Ce résultat donne un rôle primordial pour la Syncoïline comme protéine majeure du filament intermédiaire dans le bon fonctionnement des myocytes matures. Ainsi les pathologies associées à une possible déficience en Syncoïline doivent-elles être recherchées en fonction de ces nouveaux paramètres.

Syncoïline et pathologies

Dès l’année 2003 on va détecter une accumulation de Syncoïline dans les cas de déficience en Desmine. Puis il sera confirmé en 2005 que la  Syncoïline se trouve relativement sur-exprimée chez certains patients atteints de pathologies neuromusculaires.  En 2007, les muscles normaux sont comparés avec des muscles dystrophiques en particulier en regard de la distribution de la Syncoïline au sein du filament intermédiaire.  Par ailleurs, en 2010 on note une tendance à la sur-expression de la Syncoïline chez le DMD par rapport à un muscle normal.

En conséquence et comme on le note dans le chapitre sur la Desmusline, il existe de nombreuses pathologies associées aux protéines du filament intermédiaire comme cela est résumé dans la revue suivante où l’on trouve les différents types de protéines associées aux filaments intermédiaires (type I à type VI). Un bon répertoire de ces protéines et des pathologies associées est aussi disponible dans la banque de données : Human Intermediate Filament Database.

De plus, une toute récente découverte semble montrer que la Syncoïline pourrait fonctionner en modulant la formation du réseau des filaments de Périphérines en se liant avec des isoformes spécifiques de Périphérines. Il est établi par ailleurs qu’une isoforme particulière de Périphérine défectueuse est associée à la sclérose latérale amyotrophique (une maladie référencée sous le sigle :SLA , maladie de Charcot (Charcot), ce qui pourrait permettre d’établir un lien entre Syncoïline et SLA.

Avancées depuis  2014

Une étude particulièrement détaillée  sur l’ensemble des isoformes de Syncoïline, (Syncoïline, 1, 2 et 3) a été engagée pour finalement démontrer que c’est une protéine du filament intermédiaire qui joue un rôle important dans l’activation de certaines cellules hépatiques.

En conclusion

Pour suivre l’évolution des connaissances sur La Syncoïline il existe des banques de données récentes qui sont  automatiquement mises à jour qui répertorient:

A)     La Syncoïline avec son lot de références historiques.

B)      Les principales maladies actuellement connues qui résultent d’une mutation ou d’un défaut dans la protéine considérée (avec des références associées).

Protéine : SYNCOILIN 1; SYNC1

Pathologies associées: Pas de mutation décrite à ce jour (2016).