STIM

STIM2016-04-09T19:57:15+00:00

INTRODUCTION

 

En 1996 une recherche sur de nouveaux gènes indique sous le terme de GOK l’identification d’une entité dont le locus va se situer chez l’homme sur le chromosome 11 sans que le rôle de la protéine découverte ne soit réellement bien déterminé. Un peu plus tard en 1998 c’est une protéine similaire découverte chez la souris mais dont le gène est  localisé sur le chromosome 7 dont le nom va devenir non plus GOK mais STIM1, une protéine qui était susceptible de présenter une portion de séquence transmembranaire, indiquant par la même sa localisation cellulaire dans une structure membranaire.

Puis de multiples études vont permettre de rechercher dans la cellule les protéines responsables des diverses propriétés électro-physiologiques des courants calciques comme l’indique en 2005 le document en référence.Il sera ainsi progressivement mis en évidence que pour une gestion cohérente des réserves de calcium  au niveau du cytoplasme une protéine spécifique transmembranaire, la protéine dite « STIM » (déjà connue initialement chez la Drosophile

La protéine STIM

Séqeunces des protéines STIMAinsi cela sera l’identification de la protéine STIM 1(= STromal Interaction Molecule 1,  identifiée chez l’homme) qui est capable de former des oligomères. Il existe cependant d’autres protéines apparentées comme la protéine STIM 2. Un tableau récapitulatif permet de rassembler l’ensemble des données de séquences sur ces principales protéines et sur les diverses isoformes qui ont été identifiée de nos jours. Les liens correspondants à ces 2 protéines sont accessible avec SwissProt : Q13595; Q9P246.

Ce type de protéine possède 1 domaine pour piéger le calcium (Domaine EF) et une zone spécifique pour  favoriser une oligomérisation avec divers Partenaires (Domaine SAM). Pour plus de détails cPortrait robot de la protéine STIM1onsulter les fiches concernant de tels domaines (Voir la fiche sur les divers domaines au sein des protéines). Pour plus de détails voir la rubrique spécifique sur chacun de ces domaines. Une zone placée après le motif transmembranaire (TM) va participer d’une part à la dimérisation des protéines STIM 1mais également va favoriser l’accrochage avec la protéine désormais nommée ORAI. C’est le domaine SOAR (=STIM1 ORAI Activating Region), voir fiche correspondante. On note également que ces protéines sont susceptibles d’être glycosylées et phosphorylées de manière prédominante sur des résidus Sérine. Un portrait-robot de la protéine STIM 1résume ces informations en y incluant les donnes les plus récentes. Des détails supplémentaires figurent également dans la revue détaillée en référence

Conformations cellulaires de la protéine STIM1Puis on va définir une conformation inactive d’un dimère de STIM 1 ainsi qu’une conformation active qui va alors être capable de s’associer avec le partenaire ORAI (voir fiche qui concerne cette protéine). Une illustration très récente schématise tous ces différentes conformations et se trouve présentée ci-contre.

On verra par ailleurs que la protéine «STIM 1» qui est considérée comme une relativement nouvelle phosphoprotéine se  localise à la surface de la cellule

Un rôle différent est associé à la protéine dite «STIM2» et cela est présenté en détail dans la référence indiquée.

Partenaires de la protéine STIM 1

 Comme indiqué plus haut il y a bien sûr pour la protéine STIM 1 la susceptibilité  de former des dimères homogènes avec elle-même. Cela va ensuite conduire à la formation d’oligomères accrochés la membrane du Réticulum Endoplasmique. On a alors  la participation du domaine SOAR et plus de détails sur cette mise en place des dimère dans la référence indiquée

La protéine STIM 1 est également identifiée pour s’associer (via son extrémité cytoplasmique voir illustration Fig 1 de la référence indiquée) avec la protéine ORAI 1 (protéine qui fut parallèlement identifiée par Vig et al, et baptisée comme la protéine CRACM 1= CalciumRelease-Activated Calcium channel protein 1). En comparant la protéine STIM 1et la protéine STIM 2 la relation avec la protéine ORAI est cependant différente. Les compartiments cellulaires sont en fait différents entre la distribution de STIM 1 et de STIM 2.

La protéine STIM1 se lie directement avec la protéine dite microtubule-plus-end-tracking protein EB1 dont la nomenclature actuelle a été de l’enregistrer sous le sigle MAPRE1.

Partenaires de la protéines STIM1Une nouvelle protéine qui porte le sigle de CRACR2A (=Calcium Release-Activated calcium Channel Regulator 2A), qui possède également un domaine EF se lie directement à la protéine STIM. Son association est directe et a lieu en l’absence de calcium. La protéine dite SARAF (Store-operated calcium entry-associated regulatory factor) dont la nomenclature actuelle correspond au sigle (TMEM66), est un régulateur négatif de la structure dite (SOCE= Store operated calcium entry), et participe au désassemblage des oligomères de STIM. L’isoforme 8 de la protéine dite ASPH (Aspartyl/asparaginyl beta-hydroxylase) plus connue maintenant sous le terme de Junctate est associée avec la protéine STIM. Une illustration schématique de l’ensemble de ces potentielles interactions entre STIM et divers partenaires se trouve résumé dans  le schéma ci-contre en  incluant les données les plus récentes.

Rôle de la protéine STIM 1

La protéine STIM 1 contrôle la concentration de calcium au sein de la zone de stockage que représente le Réticulum Endoplasmique selon un mécanisme dit SOCE (store-operated Ca²⁺ entry). La protéine ORAI 1, baptisée par Feske et al. , gère l’ouverture du pore membranaire qui laisse passer le calcium. Son nom provient d’une référence à  la mythologie grecque   qui nommait les gardiens des portes du paradis comme les «Orai». (Voir la fiche spécifique sur ORAI, la protéine). Pour en connaître d’avantage sur les données actuellement connues et sur les fonctions des protéines STIM dans les cellules en tant que coordinateurs dynamiques des signaux cellulaires en relation avec la concentration du calcium (Ca2 +), on peut consulter la revue en référence sur les nouvelles perspectives concernant les canaux dits «SOCs», (=Store-Operated calcium Channels). De plus, les données récentes sur la structure cristalline de la protéine Orai sont disponibles sur le lien indiqué.

La protéine STIM1 et l'hypertrophie cardiaque

Une récente revue résume les connaissances actuelles sur l’hypertrophie cardiaque et les maladies prolifératives vasculaires qui sont fréquemment associées à des modifications importantes dans l’homéostasie du calcium et dans les voies de signalisations impliquant le calcium Un Schéma hypothétique provenant de la revue indiquée plus haut résume le rôle potentiel du couple STIM 1 /ORAI dans l’entrée du calcium dans le cas d’une hypertrophie cardiaque et des maladies prolifératives vasculaires.

La protéine STIM1 et pathologies

Associée avec le syndrome de l’immunodéficience et la perte de l’auto-immunité une mutation a été rapportée comme affectant plus particulièrement la protéine STIM. Des cas d’immunodéficience sont fréquemment enregistrés avec des mutations au sein de la protéine STIM. On va enregistrer une accumulation d’oligomères de STIM2 dans les cas de tumeurs colorectales. Un très récent répertoire des aspects Mutations détectée sur la protéine STIMphysiopathologiques et des pathologies concernant la protein STIM est disponible sur le lien indiqué. Un bilan en ce qui concerne le cœur et la protéine STIM est également présenté dans le détail dans l’article en référence (en français) Le rôle des divers partenaires impliqués dans la gestion du calcium cellulaire selon un mécanisme dit SOCE (store-operated Ca²⁺ entry) est résumé à la lumière des connaissances actuelles (fin 2012) dans la référence indiquée. Par ailleurs on va cependant enregistrer des situations différentes selon une comparaison avec la déficience en STIM1 et le fait de la présence de la protéine STIM2. Un schéma sur le portrait-robot de cette protéine permet de résumer l’ensemble des mutations répertoriées dans la séquence de la protéine STIM avec les données les plus récentes comme indiqué ci-contre.

Avancées depuis 2013

Une analyse récente fait le Bilan sur un rôle à multifacettes des protéines STIM. La prolifération des cellules mésangiales liée à l’entrée du calcium via les zones de stockage est atténuée chez le rat âgé: Une analyse du rôle respectif des protéines STIM 1 et ORAI 1. De nouveaux rôles dans le  stockage du calcium au cours du processus d’entrée du calcium sont proposés pour mieux gérer la situation via  les protéines STIM et les protéines ORAIs. Le rôle de ces acteurs est rapporté pour la situation du cas de  l’immunité, de l’hémostasie calcique et du développement d’un cancer. L’activité des protéines STIM-1 et ORAI-1 via le canal dit «CRAC » est essentielle d’écrite dans ce travail spécifiquement durant l’invasion de glioblastomes chez l’homme. Le complexe STIM / Orai, avec de nombreuses illustrations sur l’organisation des hélices alpha composants ces protéines, ainsi que le mécanisme d’action de ce complexe et sa relation avec le flux de calcium sont rapporté dans la mise à jour indiquée dans cette référence.

 En 2014, une augmentation du flux de calcium via la voie de signalisation STIM1 -Orai1 provoque une pathologie musculaire chez des souris modèles de dystrophie musculaire. Au cours d’études sur dans l’ovocyte de Xenopus, c’est un rôle de différentiel entre STIM1 STIM2 qui est mis en évidence au cours du processus de maturation. Ainsi dans les ovocytes de Xenopus, c’est la protéine STIM2, mais pas la version STIM1, qui était essentielle dans la réponse endogène des SOCE (store-operated calcium-entry) et son expression était nécessaire pour l’entrée en méiose induite par la progestérone.

La preuve directe est donnée dans ce travail que les complexes STIM-Orai sont piégés par leurs connexions physiques au niveau des jonctions endoplasmiques membranaires réticulum-plasma. Mais cette analyse révèle aussi que les complexes STIM-Orai sont étonnamment dynamiques, ce qui suggère que les réactions de liaison sont facilement réversibles permettant  une libération pour une protéine  STIM1 et une protéine Orai1. (Voir détails dans l’article en référence).

En 2015, il est mis en évidence que la survie neuronale après une lésion neuronale traumatique sera obtenue chez la souris en réalisant une délétion de la protéine STIM1, ce qui permet de réguler la signalisation calcique du récepteur mGluR1 au niveau de ses neurones corticaux.  Par ailleurs une investigation sur la recherche de potentiels produits chimiques permettant de dissocier un complexe entre STIM1 et Orai1 indique que dans le milieu la présence  d’un dimère d’un analogue du Boronate-2-aminophenyl (voir formule dans la référence indiquée) va favoriser un découplage fonctionnel entre ces 2 protéines. Une démonstration est apportée sur une augmentation de l’entrée du calcium par-expression du système Orai/STIM via la voie de signalisation Calcineurine-NFAT en présence de concentration élevée en Glucose. Un bilan est présenté dans ce travail sur la fonction  et l’activation de la microglie purinergique qui fait intervenir comme système régulateur des flux calcique un complexe de protéines comprenant STIM1, STIM2 et ORAI .

Remodelage ER induit par la protéine STIMCe travail original présente un protocole d’activation particulier de l’entrée du calcium pour un variant de la protéine STIM1, le variant STIM1L. Les protéines STIM sont distribuées tout au long du réticulum endoplasmique (ER), tandis que les canaux Orai sont dispersés au long de la membrane plasmique. Une augmentation de la concentration en calcium au niveau ER va nécessiter un remodelage du réticulum endoplasmique avec formation de grosse grappe de STIM1 qui va permettre une entrée de calcium. Dans ce processus c’est la partie riche en Lysine (formant un crochet dans la structure de STIM1) qui jouera un rôle important. Mais l’abondance de STIM1 entraîne une inhibition des canaux Orai du fait de l’apport massif de STIM1-Calcium.  Sans cette structure riche en Lysine,  la protéine STIM1 ne réalise pas un tel recrutement des canaux. Dans le cas de STIM1L, la version variante de STIM1,  il n’y a pas de remodelage et formation de seulement petite grappe de canaux ce qui permet une entrée massive de calcium via des canaux Orai totalement fonctionnels. Une illustration directement issue de l’article en référence permet d’illustrer et de résumer ce processus.

Influence de la concentration englucose sur la protéine STIMCette étude est conduite sur des  cellules mésangiales glomérulaires d’origine humaine (MC = Mesangial Cell) dans des conditions de régulation induites par une concentration forte en glucose, HG (=High Glucose). Il est alors observé une liaison plus faible du facteur nucléaire hépatique de type 4-Alpha (HNF type 4 alpha (= Hepatic Nuclear Factor) sur le promoteur de la protéine STIM1 avec comme conséquence une sur-expression de cette protéine STIM1. Un schéma récapitulatif indique les effets de la forte concentration en glucose sur diverses cibles nucléaires avec stimulation de l’entrée du calcium, voie de signalisation SOCE ( = « Store Operated Calcium Entry »,  via les canaux dits “SOCs” ( = Store Operated Channel)) qui aura pour effet un blocage de l’expression de  FN (=Fibronectine)  stimulée par le taux élevé de glucose (HG)

La protéine dite Énolase-1 associée à la membrane (=ENO1) qui permet une régulation de la migration et de l’invasion des cellules cancéreuses peut se trouver externalisé de la membrane  par un flux accru de calcium dépendant du complexe entre STIM1 et Orai1. Dans un tel cas il y aura aggravation du comportement malin des cellules cancéreuses et cela va contribuer ainsi à la formation de métastases. Une analyse de la localisation des Variantes au sein du RE en relation avec l'état des STIMsprotéines  STIM1 et Orai1 dans les cellules isolées du nœud sino-auriculaire chez la souris indique et illustre le remodelage au niveau d’une seule cellule de ce type pour une redistribution entre les protéines STIM1 et Orai1.  Pour cette étude c’est la situation quand le réticulum endoplasmique est saturé de calcium que l’on observe la distribution des protéines STIM1 et Oair1 indépendantes, tandis que la situation où l’on a un relargage du calcium via la voie de signalisation dépendante de InsP3 ne changera pas cette distribution. Mais dans le cas où on observe une concentration faible (diminuée) en calcium, le réticulum endoplasmique est vidé de calcium il y aura alors remodelage progressif de la distribution des protéines STIM1 qui se rassemblent puis migrent vers les protéines Orai de manière à permettre une entrée de calcium dans la cellule. Ces 3 cas sont réunis dans une seule illustration qui résume ces scénarios comme présenté ci-contre.

Un épissage alternatif  spécifique de la protéine  STIM2 se traduit par une régulation négative de  l’entrée du calcium via les canaux dits SOCs. En fait ce rapport présente l’existence de deux variantes supplémentaires pour l’épissage de la protéine STIM2 avec soit  un exon supplémentaire 9 pour la version STIM2.1 et une alternative pour l’exon 13 conduisant à une extrémité en amont de la traduction et une transcription raccourcie de 444 pb (~ 17 kDa) pour la version STIM2.3. Ces diverses versions de STIM2  sont analysée en détails dans l’article en référence.

Arrangement spatial de la portion &-éàà de la protéine STIMDeux principaux capteurs du calcium, à savoir la Calmoduline et la protéine STIM,  existent dans le cytoplasme et le réticulum endoplasmique(ER) de la cellule et une analyse comparative est rapportée dans ce document. Il y est présenté  en particulier l’arrangement spatial autour du domaine SAM et de la main EF dite cEF (= canonique) et du second site dit ncEF (=non canonical)  pour la protéine STIM1 (résidus 1à200), données obtenues selon les résultats d’analyses RMN. La comparaison de l’arrangement spatial pour la liaison du calcium est illustrée dans une comparaison pour la main EF 4 de la Calmoduline (en partie C-terminale de la protéine) et les zones requise pour le calcium au sein de la protéine STIM1. Les schémas correspondant figurent ci-contre, tandis que dans ce travail on trouve également une comparaison entre les structures STIM1 et STIM2.

Implication de la protéine STIM dans les cancersLes processus du développement des métastases dans les  cancers est analysé ici dans une revue complète qui compile les connaissances acquises en regard des protéines STIM(s) et Orai(s) et de leurs implications respectives selon le tissus .Cela ouvre la perspective de lancer de nouvelles stratégies en rapport avec ces protéines comme cible préférentielles pour  de nouvelles  thérapies. Une illustration indique l’ensemble des organes susceptibles d’être concernés aussi bien chez l’homme que chez la femme comme cela est présenté ci-contre.

comparatif arrangement spatial de la zone 342-448 de la protéine STIMCette investigation est centrée sur une analyse détaillée de la différence entre STIM1 et STIM2 et en particulier les différences pour les versions Alpha et Bêta de la forme STIM2. Il existe comme cela est illustré dans le schéma présenté ci-contre, un épissage alternatif  qui donne un exon additionnel (exon9) avec une insertion de 8 résidus. Cela va convertir la forme STIM2 d’un rôle  activateur vers un rôle inhibiteur sur les canaux calciques, (Voir détails dans l’article en référence).

De nombreuses études apportent des données supplémentaires sur des changements de  conformations  au niveau de l’extrémité C-terminale de la protéine  Orai1 en rapport avec la liaison avec la protéine STIM1 (des détails supplémentaires sont disponible dans la fiche sur la protéine Orai).Il y a ainsi remodelage modeste de la partie e la protéine STIM1 suite à son contact  avec la protéine Orai. On va ainsi progressivement définir des micro-domaines au sein du complexe Orai1-STIM1. Cette revue pointe en avant plusieurs points important. D’abord, l’existence d’une faible densité de canaux Orai au niveau des- jonctions membranaires entre le réticulum endoplasmique et plasmique. Cette faible concentration serait  insuffisante pour aider au remplissage en calcium. Ensuite la géométrie des micros domaines entre la protéine  STIM et la protéine ORAI doivent être capable de façonner en aval les voies de signalisation impliquant les protéines ORAI. Enfin  certaines informations qui sont nécessaires pour obtenir une description complète de la formation de ces micros domaines impliquant le complexe STIM-ORAI sont toujours manquantes, en particulier l’organisation du complexe formé par les protéines ORAI lui-même pour former un canal, l’identité et le nombre de sites de de contacts dans le complexe  STIM-ORAI, l’activité et la régulation dont les partenaires sont à mieux définir

Protéines STIM dns la microglieDans cette analyse c’est plus précisément la distribution des protéines STIM et Orai qui est rapportée dans le système nerveux. Plus précisément les protéines STIM1, STIM2, et Orai1 dans la microglie représentent les composant majeurs impliqués dans le passage membranaire du calcium. C’est la protéine STIM2 qui est la principale protéine pour capter le calcium au sein du réticulum endoplasmique. Mais il existes par ailleurs plusieurs fonctions au sein de la cellules  fonctions microgliales, à savoir, la libération de cytokines, la chimiotaxie, et la stimulation de  la phagocytose,
qui peuvent être altérées.  Un tel type de dysfonction va provoquer une neurodégénérescence et une altération du développement neuronale  Par conséquent, les protéines STIM1, STIM2,
et Orai1 représentent des cibles potentielles pour le traitement de dysfonction de la microglie qui peuvent sous-tendre  une phase neurodégénérative et des troubles neurodéveloppementaux. Un schéma résume l’état des lieux au sein de la microglie en rapport avec la distribution de ces protéines.

Une nouvelle étude est menée sur les troubles de la mémoire spatiale et le renforcement de la potentialisation à long terme suite à une ablation spécifiques au niveau prosencéphale des gènes codant pour les protéines STIM. Les résultats démontrent que les protéines STIM1 et STIM2 sont des régulateurs clés de la voie de signalisation impliquant la kinase PKA Ces 2 protéines son importante pour  la plasticité synaptique dans les circuits neuronaux codant pour la mémoire spatiale. Les méthodes utilisées dans ce travail permettent une vue directe sur l‘agrégation et le regroupement entre les protéines STIM1 et Orai1 dans les cellules. Ces images fournissent des preuves de l’interaction d’un canal Orai1 unique avec de petits amas de molécules STIM1 ce qui se traduit par une entrée de calcium dans la cellule. (Voir détails sur ces études à l’échelle de temps de la Nanoseconde).

Flux de calcium et implication de la protéine STIMLe modèle présenté dans cette étude prédit que seulement une présence d’un dimère de protéine  STIM1, réalisé par l’association des domaines SOAR de chaque monomère de protéine STIM, est susceptible d’être impliqués dans la réticulation avec les canaux Orai1. C’est seulement ce type d’association qui est présenté dans cette analyse avec comme résultat les analyse cinétiques correspondantes pour une ouverture du canal Orai1 ce qui permet l’entrée de calcium pour compenser l’absence de calcium au sein du réticulum endoplasmique. Un schéma récapitulatif illustre le changement de conformation des protéines STIM et leurs contacts avec les protéines Orai

Transition induite entre STIM et STIMATECet autre travail va investir dans le détail les fonctions coopératives et alternatives des protéines STIM1 et STIM2 au niveau de  l’activation des macrophages et dans le contexte de l’inflammation. Il existe un processus de régulation du passage repos du dimère de protéines STIM vers un état dit actif qui va être dirigé par la présence d’une nouvelle protéine nommée STIMATE. Dans cette étude c’est l’état de transition qui est mis en évidence avec approche de part et d’autre du dimère de protéine STIM de 2 protéines STIMATE qui va être l’épate dominante. Une schématisation de cette évolution au long de la membrane du réticulum endoplasmique est présentée ci-contre

Diverses implications de la protéine STIM dans les flux de calciumDans le développement d’un cancer, cette étude s’attache plus particulièrement à la présence et au rôle de la protéine STIM. En particulier ce travail met en évidence des changements dans l’expression des éléments clés l’homéostasie calcique et des remodelages membranaires susceptibles de jouer un rôle important dans les changements phénotypiques observés dans les cellules transformées. En fait il existe des différences dans le niveau d’expression des composants moléculaires telles les protéines STIM, Orai et TRPC dans l’organisation des canaux calciques et la tumorigénèse qui prendre place dans  les divers types de cellules cancéreuses. Ce travail présente un ensemble de preuves soutenant un rôle important pour la protéine STIM et les divers canaux calcium ce qui désigne cette protéine comme candidat cible pour les futures stratégies à visées soit   pronostique et/ou thérapeutique. Un schéma montre l’implication de la protéine STIM dans les 2 types de canaux impliquant soit Orai soit TRPC.

Une identification précise des résidus d’acides aminés clés responsables de la sensibilité au pH interne et externe au niveau de la protéine  Orai1 et permet de voir leurs implications respectives vis-à-vis de l’association avec la protéine STIM. Des données complémentaire donnent l’importance du partenaire STIMATE dans le changement de conformation des dimères de protéines STIM et dans le maintien de l’ouverture des canaux Orai. TMEM 110 réglemente l’entretien et le remodelage des mammifères ER-plasma jonctions membranaires compétentes pour la signalisation STIM-ORAI.

Association hélico^dales entre un dimère de proteines STIM et une protéine Orai.En 2016 ce sont des notions plus précises qu’apporte un nouveau travail sur le rôle des protéines STIM et Orai dans le processus phagocytaire des cellules immunitaires. Mais  on va également trouver durant ce début d’année 2016 un ensemble de revue sur la fonction du couple Orai /STIM1 en relation avec le cancer, avec de souligné le rôle crucial de ces proteins dans le développement des cancers. Mais aussi un important travail sur la communication entre  les zones hélicoïdales d’un dimère de protéines STIM qui seront à l’origine de l’ancrage sur une protéine Orai comme cela est résumé par le schéma en gros plan des résidus constituant ces différents segments hélicoïdaux.

Un complément d’information sur les liaisons coopératives entre la région N terminale de la protéine STIM et la connexion avec la zone hélicoïdale C-terminale de la protéine Orai est apporté dans cette étude. Il y est analysé en particulier l’impact sur le flux de calcium que cela va entraîner. En addition cette autre  étude révèle une amplification des signaux des voies de communication suite à une entrée du calcium via le couplage entre les protéines  STIM  et Orai (= CRAC).Un récapitulatif sur les différents variants de la protéine STIM avec en particulier une version sans la partie C-terminale comprenant les derniers résidus constituant la zone riche en résidus Lysine (Basique). De plus le rôle des canaux calciques et la présence du complexe entre les protéines STIM et Orai est analysé dans le détail au sein du développement des mélanomes et dans l’analyse détaillées de l’organisation membranaire des mélanocytes.

Ce nouveau travail met en évidence que des taux  élevés de protéines  STIM1 au niveau du plasma, se révèlent indépendant du taux d’ ostéoprotégérine (OPG) présent en tant que facteurs à risque pour les patients en  réstenose  (IRS= in stent restenosis) après une intervention coronaire (PCI= Percutaneous coronary intervention. Par ailleurs, il existe bien des changements dans les flux de calcium au niveau du canal (Orai et STIM) en fonction  des taux d’expression variables, mais aussi selon divers  épissages et modifications post-traductionnelles du gène. Un schéma récapitulatif à consulter dans l’article original donne la distribution des exons codant pour diverses versions de la protéine STIM avec les correspondances des résidus correspondant à chaque début et fin d’exon.

En conclusion

Pour suivre l’évolution des connaissances sur chaque membre de la famille des protéines STIM il existe des banques de données récentes qui sont  automatiquement mises à jour qui répertorient:

A)      Chaque isoforme de protéine STIM avec son lot de références historiques.

B)      Les principales maladies actuellement connues qui résultent d’une mutation ou d’un défaut dans la protéine considérée (avec des références associées).

Protéine : STROMAL INTERACTION MOLECULE 1; STIM1

Pathologies associées: IMMUNODEFICIENCY 10; IMD10; MYOPATHY, TUBULAR AGGREGATE; TAM

Protéine : STROMAL INTERACTION MOLECULE 2; STIM2

Pathologies associées: Pas de mutation décrite à ce jour (2016).