Affixine

Introduction

C’est en 2001 que dans la littérature une nouvelle protéine va être identifiée comme pouvant se lier avec l’Intégrine et dans un travail détaillé le nom de baptême pour cette entitée sera l’Affixine. Puis  l’Affixine également référencée Bêta-Parvine se révéla comme une protéine liée à une kinase qui interagit avec l’Intégrine (ILK = integrin-linked kinase-binding protein). 

Séquences AffixineLes principales données de séquences de la Bêta-Parvine humaine (Affixine) sont réunies dans le tableau suivant. Pour plus d’information, dans la banque de séquences suivante  indiquer le nom de la protéine et/ou recopier le numéro d’identification spécifique de la protéine humaine sur  le lien suivant : Swiss Prot  (Avec pour l’ Affixine: Q9HB11).

On peut alors rapidement déduire de cette séquence primaire de l’Affixine une potentielle structure. Le portrait-robot de l’Affixine, protéine de 47 kDa, est présenté sous la forme d’un diagramme dans lequel sont représentés 2 domaines CH, (CH =  Calponine Homology Domain, liant l’Actine), en tandem qui sont respectivement le domaine CH dit N-terminal et le domaine CH dit C-terminal avec respectivement 51% et 56% d’homologies pour le premier domaine CH de la Spectrine. Ces domaines CH sont également préditPortrait robot affixines comme des zones de liaison potentielle avec l’Actine (Actin-binding Domain), mais contrairement à la Spectrine, l’Affixine ne présente pas de région en triple hélice (voir schéma ci-dessous). On retrouvera également la présence de 2 domaines CH au niveau de l’Alpha-Actinine.

Les études de comparaisons de séquences va démontrer que l’Affixine fait partie de la famille des Parvines qui sont des éléments essentiels pour une bonne adhésion à la matrice extracellulaire (ECM).

Propriété de la Bêta-Parvine

Il apparait ainsi que le premier motif CH de l’Affixine se trouve impliqué dans des voies de signalisation relative à l’Intégrine En ce qui concerne l’attachement d’une cellule à la matrice extracellulaire (ECM = extra cellular Matrix) le cluster autour de l’Intégrine compte donc une kinase ou ILK associée à une protéine adaptatrice la Paxilline, avec participation des Parvines. La Bêta-Parvine est impliquée dans l’interaction Intégrine-cytosquelette via une association avec  l’alpha-Actinine (dans cet article illustration schématique de cette interaction) et régule la survie et la morphologie de la cellule  Le premier rôle de cette protéine fut décrit comme réalisant un complexe avec l’Intégrine et la revue suivante fait le point sur les complexes entre les Parvines et différents partenaires, leurs assemblages leurs fonctions et leurs régulations.

Les partenaires de la Bêta-Parvine = Affixine

Il va donc être successivement trouvé que l’Affixine était susceptible d’avoir de multiple contacts avec les partenaires suivants :

Un schéma récapitulatif avec l’ensemble des associations connues est présenté ci-contre.

Implication cellulaire de l’Affixine

Les voies de signalisations impliquant le rôle de la Bêta-Parvine dans la  réorganisation du cytosquelette du réseau d’Actine sous membranaire permettent également de mieux appréhender l’importance de cette protéine dans son rôle pour le maintenir la morphologie de la cellule. De récents travaux donnent une imagerie moléculaire fonctionnelle des cascades de signalisation Akt / PKB qui indiquent le rôle et le type d’association entre la kinase ILK et la  bêta-parvine (=Affixine) . Il apparait de plus que le complexe ILK–PINCH –Affixine est impliqué dans l’activation de l’Intégrine de type αIIbβ3

En fait   l’assemblage et la signalisation autour des complexes adhésions cellulaires est relativement complexe même si des schémas récapitulatifs ont déjà été proposés avec  l’association Dysferline-Affixine (=Bêta-Parvine) , il reste à analyser en détail ces derniers pour mieux définir les possibles relations au sein des costamères entre les divers complexes autours de la Dystrophine, des Intégrines et de la Dysferline.

Si l’Affixine présente bien une interaction avec la Dysferline qui met en jeu la région C-terminale Arrangement spatial du domaine CH2 de l'affixinede la , Dysferline et le domaine CH dit N-terminal de la Bêta-Parvine,      c’est sur le deuxième motif (=domaine CH) que des analyses plus poussées furent réalisée et que des données de la structure quaternaire furent obtenues (voir schéma récapitulatif ci-contre).

Dernièrement l’Association entre Affixine et Paxillineadhésion focale de la Bêta-Parvine impliquait un contact avec la Paxilline comme le présente en détail l’article en référence. On y trouve comme cela est illustré ci-dessous la zone d’interaction entre la portion du domaine LD1de la Paxilline avec la molécule de bêta-Parvine.

Relation entre Affixine et pathologies

Il est a noté que l’on observe une répression de la bêta-Parvine dans certains cas de cancer.  De ce fait l’ expression de la Bêta-Parvine est à considérer comme un facteur pronostique pour les patients atteints de carcinome urothélial du l’ appareil urinaire Une revue complète et récente sur la  famille des Parvines fait le bilan des pathologies humaines associées à des défauts d’expressions. De plus l’ Affixine (β-parvine) est rapportée comme favorisant la signalisation cardio-protectrice via l’activation de STAT3.

En conclusion Relation entre Parvines et reseau d'actine du cytosquelette cellulaire

Au sein de la membrane on trouvera  des effets différents sur les comportements cellulaires correspondent  aux diverses possibilités qui existent pour réaliser un lien entre les intégrines et cytosquelette d’Actine. Dans le myocyte on aura présence de l’Affixine (Bêta-Parvine) avec des relations pour  l’intégrine alpha 7 et la Dysferline tandis que l’on va trouver l’Alpha-Parvine uniquement avec une autre intégrine dans des cellules non-musculaire.

Ces deux types d’assemblages passent par un couplage avec la Kinase ILK comme cela est résumé dans l’illustration présentée ci-contre.

Pour suivre l’évolution des connaissances sur chaque membre de la famille des Parvines il existe des banques de données récentes qui sont  automatiquement mises à jour qui répertorient :

  1. )      Chaque isoforme de Parvine  avec son lot de références historiques.
  2. )      La principale maladie actuellement connue qui résulte d’une mutation ou d’un défaut dans la protéine considérée (avec des références associées).

**  Voir également l’analyse de la  fonction des Parvines.

  • Pathologies associées :   Pas de mutation décrite à ce jour.